Institut Fayol – Mines St Etienne

Quelle participation du Sud Loire à l’atteinte des limites planétaires ?

Une publication de l’agence d’urbanisme de la région stéphanoise (EPURES) présente le concept des Limites Planétaires mais également la déclinaison locale pour le Sud Loire. Une première en France.

Ce document s’appuie sur les travaux de master de Quentin Dassibat au sein d’EPURES, encadrés par Natacha Gondran, enseignante-chercheur en évaluation environnementale au Département Génie de l’Environnement et des Organisations de l’Institut Henry Fayol et Maud Marsauche, Chargée d’étude chez EPURES.

Le travail de Quentin Dassibat, aujourd’hui doctorant à l’Institut Henri Fayol grâce à un contrat doctoral de l’Ecole Urbaine de Lyon, sur ces mêmes problématiques, montre que si des travaux sont encore à mener pour territorialiser les différents indicateurs proposés par le cadre des limites planétaires, cet exercice permet d’amener un regard transversal sur les politiques publiques locales, et il interroge aussi les outils de mesures existants (ou non) sur les territoires sur les différents thèmes abordés par les limites planétaires (l’eau, les émissions de gaz à effet de serre, les cycles de l’azote et du phosphore, l’utilisation des sols, etc.).

Cette publication a le mérite de donner les premiers éléments de réflexion de territorialisation des travaux scientifiques sur les Limites Planétaires à l’échelle du territoire du Sud Loire. En raison de la disponibilité des données, les limites ont pu être plus ou moins bien documentées. La précision des données est précisée pour chaque thématique.

Télécharger le document.

#EVS

Commentaires Clos.